Sony World Photography Award 2020

Notre séléction

La World Photography Organisation a révélé les photos des finalistes de la compétition professionnelle du Sony World Photography Awards 2020. Divisée en dix catégories dont Faune sauvage et Paysage, la sélection livre des scènes troublantes à magnifiques capturées aux quatre coins de la planète. Ces images sont les finalistes de la compétition et ont été choisies parmi plus de 135000 candidatures.
Notre sélection :
Dans la catégorie portraits, la série «Les dames des chemins de fer ukrainiens» de Sasha Maslov, est sélectionnée en finale.
«Les dames des chemins de fer ukrainiens» est une série de portraits de femmes agents de sécurité aux passages à niveau en Ukraine. Elles passent leurs longues heures de travail dans les petites maisons construites spécialement pour elles le long des voies. «Dans un pays qui a été déchiré par les troubles politiques, la guerre et la perte de territoire – sans parler de la corruption et d’une économie en difficulté permanente – peu de gens prêtent attention aux femmes qu’ils voient depuis un train qui passe, immobiles avec un drapeau jaune replié. Dans cette série, j’explore la fascination de mon enfance pour les chemins de fer et les maisons de conte de fées qui se dressent le long des voies ferrées. En tant que photographe, j’ai été attirée par l’architecture et les intérieurs de ces bâtiments. En tant que conteur, j’ai été attiré par les rôles anthropologiques et sociaux joués par les passages à niveau et les ouvriers. Au cours de ce projet, je me suis rendu compte que les passages à niveau sont d’une permanence rassurante – ils tiennent bon face aux changements constants. Infaillibles face au passage des trains et du temps, ils sont là pour rester.» Sasha Maslov

Denis Rouvre sur les violences faites au femmes
«Unsung Heroes ( Héroïnes méconnues) est un projet sur la violence contre les femmes dans le monde. En 2019, avec le soutien de l’association humanitaire internationale Médecins du Monde, j’ai visité les cinq continents et rencontré plus de 100 victimes de violence. Les femmes ont accepté de témoigner, le visage découvert, devant ma caméra. Certains sujets avaient subi des violences liées au déplacement à la suite de la guerre en Syrie et en Colombie, d’autres avaient survécu à des violences domestiques, ou à l’utilisation du viol collectif comme arme en République démocratique du Congo. D’autres encore avaient été confrontés à la violence morale, à l’exploitation sexuelle ou à la discrimination contre l’identité de genre au Népal, au Cameroun et en Ouganda. Les femmes que j’ai rencontrées sont des ombres qui entrent dans la lumière. Les ecchymoses et les plis à la surface de leur peau racontent une histoire. S’y ajoutent les voix, les mots, les expériences intimes de violence qui ont été partagées. Je voulais montrer la souffrance vécue par ces femmes, mais aussi leur force et leur résilience, bref, leur capacité à se relever et à se battre à nouveau.» Denis Rouvre

Cesar Dezfuli sur les migrants en Méditerranée. Ayant précédemment travaillé sur la migration le long de la route des Balkans, Cesar Dezfuli a réalisé des centaines de portraits de migrants ayant tenté la traversée de la Méditerranée, quelques minutes après qu’ils aient été secourus en mer, pour créer une série qu’il a intitulée Passagers.
«Le 1er août 2016, 118 personnes ont été sauvées d’un bateau en caoutchouc dérivant en Méditerranée. Le bateau avait quitté la Libye quelques heures auparavant. Pour tenter de donner un visage humain à cet événement, j’ai photographié les passagers quelques minutes après leur sauvetage. Leurs visages, leurs regards, les marques sur leurs corps reflétaient tous l’humeur et l’état physique dans lequel ils se trouvaient après un voyage qui avait déjà marqué leur vie à jamais. C’était le début d’un projet qui n’a cessé d’évoluer depuis. Il est vite devenu évident que les personnes que j’ai photographiées en ce jour d’août n’étaient pas elles-mêmes. Leur identité s’était diluée quelque part en cours de route, cachée par la peur, ou volée par les abus et les humiliations du passé. Au cours des trois dernières années, j’ai travaillé à la localisation des 118 passagers du bateau, aujourd’hui dispersés dans toute l’Europe, afin de comprendre et de documenter leur véritable identité. Je voulais montrer que chaque individu avait une identité latente qui avait juste besoin d’un contexte pacifique pour pouvoir s’épanouir à nouveau.» Cesar Dezfuli

Notons également que Lucas Barioulet est finaliste dans la catégorie sport avec son travail sur le long et difficile parcours de l’équipe nationale féminine de football mauritanienne.
«Fondée en 2019, l’équipe nationale féminine de football mauritanienne a joué son premier match international, contre Djibouti, l’été dernier (elle a été battue 3-1). La République islamique de Mauritanie est une société profondément conservatrice, et pour beaucoup, l’idée que des femmes puissent pratiquer un tel sport est insupportable. L’entraîneur Abdoulaye Diallo – un ancien joueur international mauritanien – s’est rendu sur les terrains de jeu de Nouakchott pour recruter des femmes pour l’équipe. Il y a trouvé des filles qui jouaient au football avec des garçons, souvent en secret. Aujourd’hui, Haby, Coumba, Adjara, Fama et le reste de l’équipe s’entraînent quatre fois par semaine sous son œil attentif. « Nous voulons changer la vision de la société sur les femmes en Mauritanie », affirme la directrice de la fédération de football féminin, Oumou Kane. Le chemin n’a pas été facile, mais faire partie de l’équipe permet aux femmes de tous horizons de jouer ensemble, dans une société encore très divisée.» Lucas Barioulet

Sasha Maslov
Les dames des chemins de fer ukrainiens 

Sasha Maslov
Les dames des chemins de fer ukrainiens 

Sasha Maslov
Les dames des chemins de fer ukrainiens 

Sasha Maslov
Les dames des chemins de fer ukrainiens 

Denis Rouvre
Héroïnes méconnues 

Denis Rouvre
Héroïnes méconnues 

Cesar Dezfuli
Passagers 

Cesar Dezfuli
Passagers 

Lucas Barioulet
Le long et difficile parcours de l’équipe nationale féminine de football mauritanienne 

Lucas Barioulet
Le long et difficile parcours de l’équipe nationale féminine de football mauritanienne 

JE SOUTIENS tljc
JE FAIS UN DON

touslesjourscurieux est un site indépendant créé par d’authentiques amoureux de la photo. Toutes les semaines, nous proposons sur notre site gratuit des articles et un agenda complet. Tout cela ne peut se faire sans vous. Alors, si vous prenez du plaisir à nous lire… faites un don. Merci.


Saisissez les éléments à chercher et appuyer sur la touche "entrée"