On en mangerait

Irwin Wong

Irwin Wong a souvent photographié des paysans et artisans japonais, producteurs de saké, de pierres à encre pour la calligraphie, de parapluies en papier, de teinture à l’indigo, de paniers tissés, de cerf volants, de couteaux, de thé vert, de lanternes et de nombreux autres œuvres fruits de métiers traditionnels. Il a également porté son attention sur une production typiquement japonaise, la fabrication de faux aliments en plastique hyperréalistes destiné à orner les devantures des restaurants. Ce sont les sampuru, nom dérivé de l’anglais sample (échantillon), faux ingrédients qui sont souvent agencés de manière similaire à la recette qu’ils vont représenter. En plus des classiques bol d’udon ou assiette de gyoza, des plats sont réalisés sur mesure selon les menus et spécialités des clients. Les prix de vente sont à la hauteur du travail nécessaire et peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros pour une pièce compliquée. Revers de la médaille, un produit vendu durera une éternité et un nouvel achat ne se produira que bien des années plus tard, les restaurants japonais, bien que très nombreux dans le pays, ne changeant leur carte que rarement. L’invention remonte à 1917 quand, inspiré par une coulée de cire sur un tatami, l’industriel Takizo Iwasaki, réalise, avec le même matériau, une sculpture d’omelette très convaincante. Il lui faudra plusieurs années pour mettre au point sa technique, trouver des clients et diversifier sa production. Vers 1970, le plastique, plus réaliste et moins fragile, a remplacé la cire et aujourd’hui, son entreprise est leader sur le marché national. Le photographe s’est rendu dans une plus petite société, la Maizuru Plastic Food Company, où tout est encore réalisé à la main, moules compris, ce qui fait qu’aucun exemplaire n’est semblable aux autres. L’ambiance est un peu étrange entre cuisine de chef et atelier de thermoformage, le moins surprenant n’étant pas cet homme qui trie soigneusement des grains de riz qu’il est déconseillé de goûter autrement qu’avec les yeux. Elevé au rang d’art, les œuvres de la compagnie Maizuru ont été exposées à Londres au Victoria and Albert Museum en 1980.

 

Gilles Courtinat

Le site d’Irwin Wong

JE SOUTIENS tljc
JE FAIS UN DON

touslesjourscurieux est un site indépendant créé par d’authentiques amoureux de la photo. Toutes les semaines, nous proposons sur notre site gratuit des articles et un agenda complet. Tout cela ne peut se faire sans vous. Alors, si vous prenez du plaisir à nous lire… faites un don. Merci.


Saisissez les éléments à chercher et appuyer sur la touche "entrée"