Bestiaire magique

 

Patrizia Piga

On nous l’a beaucoup dit quand nous étions petits: «On ne joue pas avec la nourriture!» Patrizia Piga a certainement dû entendre elle aussi cette phrase formulée par sa bienveillante Mama. Devenue grande, elle a heureusement eu la bonne idée de dépasser cet interdit et a inventé un bestiaire personnel où les légumes et les ustensiles de cuisine s’assemblent pour devenir les charmantes bestioles d’une amusante arche de Noé. C’est trop chou, on en mangerait.

Verbatim.

 

 

 

Le légume en majesté

«Dans «Le bestiaire magique», les légumes, l’alimentation et le monde animal se mélangent. Il ne s’agit pas de l’alimentation végétalienne/végétarienne, c’est juste un jeu amusant. Tout a commencé par une ressemblance. J’avais coupé en deux un gros ananas et j’ai vu la carapace d’une tortue, une noix faisant la tête…. Des éléments supplémentaires tels que des ustensiles de cuisine sont ajoutés, afin de rendre ça encore plus amusant. Chaque animal porte un message simple mais efficace pour les adultes et les enfants. La passoire sur la tête en aubergine du mouton veut suggérer qu’il faut être unique, trouver des idées originales dans sa tête, ne pas faire ce que les autres font comme un mouton dans un troupeau. Le mille-pattes en tomates, avec ses légumes collés comme une colonne vertébrale, est un indice qu’il faut transmettre notre propre richesse, partageant à la fois des choses et des idées. L’idée générale derrière ce projet était de faire un livre pour les enfants qui n’aiment pas manger des légumes afin qu’ils puissent voir cela comme un nouveau jeu. Techniquement parlant, j’ai photographié chaque élément séparément, car les proportions ne correspondaient pas toujours. Ensuite, Photoshop, et le tour était joué!»

Patrizia Piga est née à Turin, en Italie. Elle a suivi des études de graphisme publicitaire et de langues étrangères. Elle a 20 ans d’expérience dans la photographie culinaire, acquise dans le studio Piga&Catalano qui crée des images spécialement pour le packaging des grandes marques alimentaires italiennes. Le passage de l’analogique au numérique lui fait développer une passion pour la post production, qui s’intègre dans son travail et réveille un goût déjà présent pour le dessin et le montage illustratif. C’est ainsi qu’en 2015, elle décide de lancer son premier projet personnel, une série de photos surréalistes, inspirées de l’univers de la nourriture, que l’on pourrait décrire avec le terme Foodscape (paysages en nourriture). Avec son partenaire de travail Flavio Catalano, elle réalise le projet Mystic Light (Lumière mystique), une série de natures mortes inspirées par la lumière et les compositions des peintres flamands. Ces deux projets participent à des expositions et à des publications et sont également utilisés à des fins publicitaires.

 

© Patrizia Piga

Diaporama


Saisissez les éléments à chercher et appuyer sur la touche "entrée"