09-lee-goodie2
09-lee-goodie17
09-lee-goodie19
09-lee-goodie20
09-lee-goodie3
09-lee-goodie14
09-lee-goodie12
09-lee-goodie5
09-lee-goodie4
09-lee-goodie9
09-lee-goodie6
09-lee-goodie16
09-lee-goodie8
09-lee-goodie
09-lee-goodie22
09-lee-goodie15
09-lee-goodie10
09-lee-goodie21
09-lee-goodie13
09-lee-goodie7
09-lee-goodie18
09-lee-goodie11

Lee Godie

De la fin des années 60 jusqu’à celle des années 80, Lee Godie a arpenté les rues de Chicago pour vendre ses peintures et dessins aux visiteurs de l’Art Institute et aux passants de Michigan Avenue. Née en 1908 Jamot Emily Godee, elle aurait pu connaître la vie banale d’une ménagère américaine mais sa vie bascule après un divorce et le décès de deux de ses trois enfants. Elle vit dans la rue par choix et, sans formation particulière, commence à peindre, s’autoproclamant impressionniste française, et affirmant que son travail est aussi important que celui de Paul Cézanne. Abordant ses potentiels clients, elle leur déclarait: «Voulez-vous acheter des toiles? Je suis bien mieux que Cézanne!» Elle utilisait l’aquarelle, le crayon de couleur, la détrempe ou le stylo à bille sur nombre de supports comme la toile, le carton, les feuilles de papier voire des stores de fenêtre récupérés dans une poubelle. Elle a également réalisé plusieurs centaines d’autoportraits dans des cabines photographiques de la gare routière de Chicago, où, bien que marquée par la rudesse de sa vie dans la rue, elle se met en scène et se réinvente en caricature de l’idéal féminin américain du moment. Accentuant sa féminité par des accessoires ou en dessinant sur ses portraits, elle joue la fille glamour, la chanteuse ou la peintre. Fruits de son travail prolifique, ses tableaux et ses photos sont maintenant conservés dans de nombreuses galeries ou musées américains.

 

 

©Lee Godie


Saisissez les éléments à chercher et appuyer sur la touche "entrée"