Le supermarché des images

Jusqu’au 07 juin 2020
Jeu de Paume, Paris

Bien dommage que ce festival ait été annulé. Nous vous proposons une petite visite virtuelle. Notre façon de soutenir les organisateurs et les photographes.

De la même manière qu’elles ont envahi nos vies, les images ont pris possession de l’ensemble du Jeu de Paume. Dès l’entrée, l’installation d’Evan Roth «Since You Were Born» nous plonge dans un tsunami visuel qui figure bien cette production exponentielle d’images qui nous submerge. La question posée par cette exposition, au titre bien trouvé, est celle de cette économie, que l’on appellera «iconomie», la production, le flux, la gestion, l’échange et bien d’autres problématiques de cette surproduction frénétique. Photographies, vidéos, œuvres multimédia, les approches sont multiples pour aborder la marchandisation du visible et nous livrent leurs regards critique sur cette vertigineuse immersion. Agencement de pixels dans «Addressability» de Jeff Guess où des images captées aléatoirement de presse en ligne se composent peu à peu avant de disparaitre dans un éclatement coloré, cascade de 22 000 négatifs d’Ana Vitoria Mussi, images d’écrans de caméras de guichets bancaires par Sophie Calle, surimpressions photographiques de Hao Li, billets de banque réformés utilisés comme matériaux de l’oeuvre de Maximo Gonzales, vidéo sur les prolétaires du click. Ce sont 67 productions de 48 artistes qui sont présentées, créations diverses et foisonnantes comme autant de salutaires propositions de cheminement de la pensée, indispensable convocation à réfléchir aux causes et conséquences de cette profusion qui transforme notre monde et nos vies. Un catalogue très complet accompagne l’exposition et on peut également recommander la lecture de «Le supermarché du visible» de Peter Szendy, commissaire général de l’exposition, ouvrage qui a servi de point de départ au projet.

 

Li Hao
Le Mécanisme Répétitif 05, 2012
Enregistrement du passage du temps, de l’éternel retour d’un même présent. lieux archétypes de notre monde contemporain, industrialisé et capitaliste. Lieux de transit (gare, escalators) ou de consommation (supermarché) que la vie moderne qui organise (et aliène) nos mouvements nous amène à emprunter dans une routine quotidienne.

Evan Roth
Since You Were Born, 2019-2020
Assemblage d’images provenant de la navigation de l’artiste et accumulées dans la mémoire cache de son ordinateur.

Sylvie Fleury
Série Ela 75/K (Won’t Smudge Off), 2000
Caddie plaqué or monté sur piédestal rotatif et miroitant, icône des temps modernes, de la société de consommation, objet fétiche de part le pouvoir mystifiant du métal précieux.

Jeff Guess
Addressability, 2011
Reconstitution numérique d’images collectées sur des sites d’information à partir d’une image mère à large colorimétrie. La photo, mise en animation, se construit pixel par pixel avant de se dissoudre une fois achevée et qu’une autre image soit sélectionnée aléatoirement et à son tour reconstituée

Thomas Ruff
Substrat 8 II, 2002
Photographie réalisée à partir d’illustrations de mangas trouvées sur Internet, choisies pour leur dessin simple et leurs teintes saturées, modifiées numériquement puis assemblées en tâches chromatiques.

The Pirate Cinema
Disnovation.org
Installation vidéo captant les transferts P2P se déroulant en temps réel sur des réseaux utilisant le protocole BitTorrent avec indication des sources et des destinations. Topologie de la consommation de médias numériques et de la diffusion incontrôlée de contenus dans un monde connecté.

Andreas Gursky
Amazon, 2016
Saturation d’objets, détachés de leur fonction et organisés selon une seule classification logistique. Les rapports hiérarchiques et la force de travail, invisibilisés derrière les algorithmes, sont évoqués par des piliers qui, imposants dans leur verticalité, servent de supports à des injonctions à la productivité et aux slogans managériaux, réalité excessive, incommensurable en même temps qu’elle en souligne, par son formalisme, l’absurdité et l’inanité.

Ana Vitória Mussi
Por um fio, 1977-2004
Assemblage de 22 000 négatifs photo noir et blanc fruit du travail de l’auteur, entre 1979 à 1989, comme photo reporter pour la presse brésilienne, récupérés suite à la numérisation ou à la fermeture de certains des journaux avec lesquels elle avait collaboré.

Martha Rosler
Cargo Cult, 1966-72
Les produits ont besoin d’un côté humain pour se «vendre» et de visages humains pour les incarner. Avec ses visages en cours de montage, aussi bien d’un point de vue logistique, comme cargaisons à charger, que du point de vue du maquillage, Cargo Cult donne à voir un monde où le visage féminin est devenu un substitut marchandisé et interchangeable, un masque que l’on peut enfiler et enlever à volonté.

Máximo González
Degradación, 2010
Création à partir de billets de 20 pesos mexicains n’ayant plus cours, rappel des artistes constructivistes, reconstruction d’une société en déclin et symbolique dégradées du personnage figuré sur les billets prête défroqué au 19e siècle pour s’être révolté contre le pouvoir colonial espagnol.

Samuel Bianchini
Visible Hand, 2016
œuvre connectée à Internet constituée de caractères typographiques ASCII changeant générés en temps réel et suivant l’évolution des indices boursiers à l’échelle mondiale. Dès l’art rupestre préhistorique et jusqu’à nos jours, la main a été l’un des motifs les plus représentés dans l’histoire de l’art. Dans le domaine socio-économique, la «main invisible» renvoie à une expression forgée par le philosophe et économiste Adam Smith en tant que métaphore pour désigner les lois du marché qui réguleraient de façon harmonieuse l’offre et la demande.

Max de Esteban
Twenty Red Lights, 2017
Photographies qui renvoient à des concepts fondamentaux et problématiques de l’économie néolibérale. On y voit des termes et expressions empruntés au vocabulaire de la finance reproduits sur des espaces situés dans des paysages désolés, d’où l’humanité est absente.

JE SOUTIENS tljc
JE FAIS UN DON

touslesjourscurieux est un site indépendant créé par d’authentiques amoureux de la photo. Toutes les semaines, nous proposons sur notre site gratuit des articles et un agenda complet. Tout cela ne peut se faire sans vous. Alors, si vous prenez du plaisir à nous lire… faites un don. Merci.


Saisissez les éléments à chercher et appuyer sur la touche "entrée"