John Thomson

Un pionnier en Asie

John Thomson est un photographe écossais considéré comme un des pionniers de la photo documentaire, célèbre pour ses images de l’Asie et de la société anglaise sous l’ère victorienne. Après une formation chez un fabricant d’instruments optiques où il commence à s’intéresser à la photographie, il rejoint en 1862 son frère William, lui même photographe et horloger à Singapour. Quelques temps après son arrivée, il décide de monter son propre studio où il fait les portraits de marchands européens et de notables locaux. Durant cette période, il voyage beaucoup en Malaisie et dans l’île de Sumatra, explorant les villages et photographiant les habitants et leurs activités. Il se rend ensuite à Ceylan et en Inde puis en 1865, à l’âge de 28 ans, il s’installe en Thaïlande où il photographie le roi et les membres de la cour. Au bout d’une année, il poursuit sa route au Cambodge et réalise, après un périlleux voyage, certaines des premières photographies de la cité d’Angkor au cœur de la jungle, dont la publication, une fois revenu en Grande Bretagne, lui apporte une grande notoriété. Ressentant à nouveau le besoin de voyager, il retourne en Extrême-Orient en 1867, au Viet-Nam tout d’abord puis il s’établi à Hong Kong d’où il explore pendant quatre ans le territoire chinois à l’époque très difficile d’accès pour les étrangers. S’aventurant dans les régions de Pékin, Canton, Shanghai, Taiwan et la Chine centrale, il parcourt des milliers de kilomètres attiré par l’immensité du pays et sa culture. Il photographie les paysans, les villages ruraux, les pagodes, les mandarins dans leurs palais, les mendiants, les monastères, les paysages témoignant de manière plus complète que ce qui avait été jusqu’alors présenté au public occidental. Il se rend dans des régions reculées où l’on n’avait jamais vu d’appareil photo précédemment surmontant les réticences de ceux qu’ils voulait photographier. Il faut souligner que l’exploit n’est pas peu mince car aux difficultés liées à un matériel encombrant et complexe, à la fourniture de produits chimiques, s’ajoutent les péripéties d’un voyage qui était bien plus périlleux qu’aujourd’hui. Ce n’est qu’en 1872, dix ans après son départ, qu’il retourne en Angleterre. Il édite quelques temps, avec le journaliste Adolphe Smith, le mensuel «Street Life in London», qui raconte, en images et textes et avec empathie, la vie du petit peuple à l’existence précaire vivant et travaillant dans les rues de Londres, vendeurs de fleurs, ramoneurs, cireurs de chaussures, musiciens ou éboueurs. Après un dernier voyage à Chypre,ayant acquis une certaine renommée, John Thomson ouvre un studio sur Buckingham Palace Road en 1879 et devient le photographe officiel de la famille royale britannique ainsi que celui de la haute société anglaise jusqu’à la fin de ses jours.

«Thomson a accompli quelque chose de nouveau en photographie. Il a entrepris d’enregistrer un peuple, ce qu’étaient ces gens, comment ils vivaient et pourquoi ils comptaient. Partout, comme Thomson l’a photographié, il a tenté de capturer l’individualité de chacun de ses sujets, quelle que soit leur race ou leur classe sociale. Son travail avec les paysans au Vietnam ou au Siam est aussi minutieux que son travail avec les rois ou les princes. Dans Street Life à Londres comme chez les mendiants de Foochow, il a habillé chaque individu avec dignité.» Stephen White

Gilles Courtinat

 

Voir l’intégralité des quatre volumes de son livre «Illustrations of China and its people» (1873) 

Toutes les photos: John Thomson (certaines photos ont été recadrées)

Angkor, Nakhon Watt, Cambodge, 1866

 

Peintre, Hong Kong

 

Prêtre mendiant, Hong Kong, 1969

Roi Mongkut, Bangkok, Thaïlande, 1865

 

Deux hommes et un nain, Thaïlande, 1865

 

Saigon, Viet-Nam, 1867

 

Vieille femme cantonaise, Canton, Chine, 1870

 

Jeune mariée mandchoue, Chine, 1871

 

Coiffure tartare d’une femme mandchoue, Chine, 1870

Mandarin, Chine, 1870

 

Maison de Mr Yang, mandarin avec sa famille, Pékin, 1870

 

Archer mandchou

Tombes impériales Ming, Nankin, 1871

 

Foule au bord du fleuve Yang-Tsé, Chine, 1871

 

JE SOUTIENS tljc
JE FAIS UN DON

touslesjourscurieux est un site indépendant créé par d’authentiques amoureux de la photo. Toutes les semaines, nous proposons sur notre site gratuit des articles et un agenda complet. Tout cela ne peut se faire sans vous. Alors, si vous prenez du plaisir à nous lire… faites un don. Merci.


Saisissez les éléments à chercher et appuyer sur la touche "entrée"