A toute vapeur

 

Jack Delano

Dirigé dans les années 30 par l’économiste Rexford Tugwell, la Farm Security Administration (FSA) est chargée de l’aide à l’agriculture sous forme de subventions aux petits paysans. Il s’agit de l’un des programmes du New Deal mis en place par Roosevelt à la suite de la Grande Dépression. Pour mieux promouvoir ses réformes auprès du grand public et du Congrès, l’agence crée en son sein une division de l’information, laquelle comprend une section Historique, chargée de réunir tous les documents possibles pour l’information immédiate comme pour la postérité. Jack Delano sera un des acteur majeur de cette épopée.

 

 

 

Diaporama automatique I

La grande famille du ferroviaire

Jack Delano (1914-1997) est né Jacob Ovcharov à Kiev, en Ukraine, mais sa famille a déménagé à Philadelphie quand il était encore un jeune enfant. Il a pris le prénom «Jack» du boxeur Jack Dempsey, et le nom «Delano» d’un camarade de classe. Delano a commencé à étudier la musique, la photographie et les arts graphiques à la Settlement Music School. Son talent naturel et ses compétences ont été rapidement reconnus et, quatre ans après son inscription, Delano s’est vu offrir une bourse d’études en art à la Pennsylvania Academy of Fine Arts (PAFA). Après avoir obtenu son diplôme, il a été embauché en 1940 comme photographe pour le programme de photographie de la FSA (Farm Security Administration), un organisme créé par le ministère de l’Agriculture en 1937 dans le cadre du New Deal du président Roosevelt, chargé d’aider les fermiers les plus pauvres touchés par la Grande Dépression. Delano et les autres photographes, dont les légendaires Dorothea Lange et Walker Evans, vont documenter en images la dévastation et l’angoisse qui se sont répandues dans tout le pays à la suite de la Grande Dépression et du Dust Bowl*. Delano a été chargé plus particulièrement de témoigner de la vie et des conditions de travail des habitants de la côte est et ceux de Porto Rico. Ce dernier endroit va le marquer profondément. Décrivant son voyage, il disait: «J’avais été fasciné et troublé par tant de choses que j’avais vues. J’avais vu beaucoup de pauvreté dans mes voyages dans le Grand Sud, mais jamais rien de tel…. Pourtant, partout, les gens étaient cordiaux, hospitaliers, généreux, aimables, pleins de dignité et dotés d’un sens de l’humour étincelant. Partout où nous allions, quelle que soit la pauvreté, on nous accueillait chez les gens et on nous offrait du café.» Tout au long de sa carrière, Jack Delano s’est concentré sur la vie des travailleurs. Dans une interview accordée en 1965, il réfléchissait sur ses photographies faites pour la FSA: «Je pense que nous avions tous du respect pour les êtres humains et nous espérions que dans nos photos, nous raconterions quelque chose de vrai sur la dignité humaine, la dignité de ces gens, et peu importe qui ils étaient. Cela, nous espérions le retrouver dans toutes nos images. Et, bien sûr, les gens étaient l’élément de base de tout ce que nous faisions.»
Entre 1942 et 1943, le gouvernement fédéral lui confie la mission de photographier le travail des cheminots américains et l’activité ferroviaire dans la région de Chicago et du réseau nord-est. Il devait mettre en valeur l’importance de l’industrie ferroviaire en temps de guerre et la participation de ces hommes et femmes à l’effort sur le front intérieur. En quelques mois, Delano va dresser un portrait unique de l’univers des chemins de fer américains, de ses communautés et de sa culture. Il sera l’un des premiers photographes à utiliser la photographie couleur à des fins documentaires, plus particulièrement la fameuse pellicule Kodachrome dont il a su magistralement exploiter les qualités chromatiques.
Après la guerre, en 1946, il s’installe définitivement à Porto Rico, étant tombé amoureux de l’île et de ses habitants. S’éloignant peu à peu de la photographie, il se lance dans la réalisation de documentaires, puis travaille pour une chaîne de télévision éducative nouvellement créée. Plus tard, il redécouvre, en tant que compositeur, son premier amour, la musique.

* Dust bowl, littéralement «bassin de poussière», est le nom donné à une région à cheval sur l’Oklahoma, le Kansas et le Texas, touchée dans les années 1930 par la sécheresse et une série de tempêtes de poussière provoquant une grave catastrophe écologique, agricole et humaine.

 

© Jack Delano/Library of Congress

Diaporama photo par photo

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Diaporama automatique II


Saisissez les éléments à chercher et appuyer sur la touche "entrée"